À votre écoute du lundi au vendredi de 9h à 18h au : 01 61 04 02 71

La déficience visuelle chez l'adulte

Selon l’OMS, la déficience visuelle peut être classée selon le degré de la correction visuelle nécessaire et des troubles de la vision dont se plaint le sujet.

Trois types de déficience visuelle

Selon la gravité du cas, il existe trois catégories de déficience visuelle : la perte d’acuité visuelle moyenne d’abord, puis la perte d’acuité sévère et enfin, la perte d’acuité profonde. La perte d’acuité visuelle profonde correspond à la cécité. La malvoyance désigne la perte d’acuité moyenne et/ou sévère.

Si les manifestations de la déficience visuelle ne sont pas les mêmes pour chaque personne, la baisse de l’acuité visuelle chez l’adulte implique généralement une perte d’autonomie pour les sujets gravement atteints et pour lesquels toutes les tentatives de traitement ou de rééducation ont échoué.
Heureusement, des méthodes de dépistage précoces existent. Cependant, il faut noter que bien souvent, des symptômes qui auraient pu alarmer les personnes susceptibles d’être atteintes de malvoyance restent souvent ignorés. Il n’est alors malheureusement impossible d’intervenir à temps en l’absence de contrôle et de suivis réguliers.

Les diverses manifestations de la déficience visuelle

Illustration des examens

Les pathologies fréquentes comme la myopie forte, la cataracte, le glaucome, la rétinopathie diabétique ou la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age) sont celles qui atteignent le plus souvent les personnes adultes. Dépistées suffisamment tôt, elles peuvent être traitées ou du moins gérées, afin d’éviter que la dégénérescence n’aboutisse à une cécité complète, quoique le risque ne soit jamais totalement évité chez les personnes ayant atteint un âge avancé.
Bien souvent, le vieillissement et l’âge jouent en effet un rôle important sur des pathologies déjà bien installés et ce, même en la présence de traitements ou après une intervention chirurgicale.